Michel C

Le 26 novembre 1899, le Michel C est abordé et coulé par l’Anphion. Il y a 12 hommes d’équipage. Un mécanicien breton sera noyé, les 11 survivants rejoignent l’Anphion.

Le Michel C s’est casé tant bien que mal dans un amoncellement d’énormes roches par 40 m. de fond. Il s’est posé  sur le côté d’une avancée rocheuse: au contact de laquelle il a beaucoup souffert : adossé par tribord sur une paroi, il s’est penché sur bâbord, tandis que son flanc tribord lui-même s’affaissait sur les cales, remplies d’un enchevêtrement de ferrailles.

L’épave s’étend sur plus de 50 mètres, disloquée, et la reconstitution de sa forme primitive est fort délicate. L’étrave, bien droite, bien conservée, supporte encore une des deux ancres à jas et sa chaîne, l’autre ancre gisant sur le sol.

Avant il était possible de passer sous le bateau mais maintenant il n’y a plus que les murènes qui s’y hasardent. Voir également le récif derrière le Michel C, vous y verrez souvent des Becunes à bouches jaunes (Barracuda)