Sabelle sociale – Bispira brunnea

Critères de reconnaissance : Petites sabelles regroupées en « bouquet ». Tube visible, blanc et souple, sans opercule
Panache circulaire composé de 2 demi-couronnes. Panache branchial de 2 à 3 cm de diamètre de couleur variable.

Description : Le corps de cette sabelle, composé de segments bien visibles, est divisé en trois parties : la tête (qui porte les organes sensoriels et la bouche), le tronc (constitué d’anneaux ou métamères*) et le pygidium ou telson* (qui porte l’anus). Les métamères sont recouverts d’une couche dure et imperméable (la cuticule*). Cette annélide polychète vit entièrement dissimulée à l’intérieur d’un tube blanc parcheminé, souple et bien visible, fixé sur des supports durs tels que coraux ou rochers. Ce tube, qui peut parfois être enfoui, est entièrement fabriqué par le ver, qui cimente des grains de sable blanc par sécrétion d’une sorte de glue (glande sous la tête). Le tube est dépourvu d’opercule.
Les branchies se déploient en couronne à l’extrémité du tube : elles sont composées de deux panaches disposés en demi-cercles opposés, de deux à trois centimètres de diamètre. Leur couleur est très variable, du brun au violet, mais aussi parfois orange ou blanc, selon les zones géographiques. Le centre est souvent plus foncé. Le panache peut également être rayé. Chaque « branche » de la couronne, ou radiole, est garnie de cils appelés pinnules*.
Les sabelles sociales s’installent en groupes constitués de plusieurs dizaines d’individus, formant une sorte de « bouquet », les tubes étant disposés les uns à côté des autres. Des regroupements d’une centaine d’individus sont parfois signalés.
Cliquez sur la photo pour agrandir

Biotope : En général, ces vers se regroupent à l’ombre des surplombs, dans les failles rocheuses, sur les coraux ou les fonds sableux. On peut les rencontrer entre 2 et 35 m de profondeur. Ils préfèrent très nettement les zones avec du courant et les eaux riches en matières organiques et en plancton.
Distribution : Les sabelles sociales sont présentes, et même communes, dans la mer des Caraïbes et aux Bahamas.
Réf. DORIS – FFESSM