Requin Caraïbes – Carcharhinus perezii

Autres noms : Requin de récif, requin gris des Caraïbes, requin de récif des Caraïbes.
Critères de reconnaissance : Corps trapu et robuste. Dos de couleur grise s’estompant vers le ventre blanchâtre. Museau court et arrondi avec une bouche largement arquée en position ventrale. Fentes branchiales assez petites implantées au-dessus et en avant des nageoires pectorales. Face ventrale du bord de fuite des pectorales et pelviennes, extrémité de l’anale et bord de fuite du lobe inférieur de la caudale noirâtres. Première dorsale relativement petite, implantée en arrière des nageoires pectorales

Description : A l’âge adulte, Cacharhinus perezii mesure entre 1,5 m et 2,5 m en moyenne, avec un maximum enregistré de 2,95 m. Les individus les plus lourds peuvent peser jusqu’à 70 kg. Les mâles sont généralement légèrement plus grands que les femelles. Le corps de C. perezii est trapu et robuste tout en restant hydrodynamique dans sa forme générale.
La couleur gris-sombre ou gris-brun de son dos s’estompe pour devenir blanchâtre sous le ventre. On discerne une très discrète bande gris-blanc sur les flancs.Le museau est court et arrondi. La bouche large, fortement arquée, est située en position ventrale. Elle est armée de 11 à 13 rangs de dents. Les dents supérieures sont relativement étroites et dentelées.
Les yeux sont relativement grands, de forme arrondie, protégés par une membrane nictitante*. Les narines sont petites et les sillons labiaux (sillons aux commissures) très discrets.
Cliquez sur la photo pour agrandir

Cliquez pour agrandir la photo

On compte 5 paires de fentes branchiales assez petites, la troisième se situant à l’aplomb de l’implantation crâniale (antérieure) de la nageoire pectorale.La première nageoire dorsale, implantée en arrière des pectorales, est relativement petite pour un Carcharhinidé. Elle a pour origine l’aplomb de la marge intérieure (le bord de fuite) des nageoires pectorales. Cette première dorsale est falciforme* avec un apex* pointu ou très légèrement arrondi et un bord libre caudal (postérieur) peu développé.
La seconde nageoire dorsale est au contraire modérément grande pour un représentant de cette famille, avec également un bord libre caudal petit. Une crête interdorsale est nettement visible entre ces deux nageoires.
Les nageoires pectorales sont longues, étroites et falciformes, marquées d’une teinte noirâtre sur la face ventrale de leur bord de fuite. On constate la même teinte noirâtre sur la face ventrale du bord de fuite des nageoires pelviennes.
Sous le ventre et en avant de la nageoire anale se situent les organes sexuels externes, notamment les ptérygopodes* chez le mâle.
La nageoire anale est implantée à l’aplomb ou légèrement en arrière de la seconde nageoire dorsale. Son extrémité est noirâtre.
La nageoire caudale est hétérocerque*. Son lobe inférieur est également de teinte noirâtre..
Biotope :Cacharhinus perezii affectionne les hauts fonds coralliens où il est fréquemment observé nageant à proximité des tombants, jusqu’à une profondeur de 30 m. Cependant un individu a été détecté par télémétrie laser sur satellite par 378 m de fond. Il fréquente également les eaux boueuses des deltas fluviaux brésiliens. Distribution : L’espèce est présente dans l’océan Atlantique Ouest. Sa zone de distribution s’étend de la Caroline du Nord jusqu’au sud du Brésil en passant par le golfe du Mexique et les Caraïbes. Les Antilles françaises sont concernées.
S’il est le requin le plus communément rencontré dans les Caraïbes et aux Bahamas, il est en revanche rarement observé au nord des Keys de Floride (USA).