Langouste des Caraïbes – Panulirus argus

Critères de reconnaissance : Deux larges cornes incurvées vers l’avant au dessus des yeux pédonculés. Une bande rougeâtre en travers de l’éventail caudal. De grosses taches jaune crème cernées de noir sur les segments 2 et 6 de l’abdomen.

Description : Cette langouste a une taille de 20 cm en moyenne (jusqu’à 60 cm), et son poids peut atteindre 14 kg.
Son céphalothorax* (la partie antérieure) est bombé et cylindrique, couvert d’épines régulièrement disposées. Il porte deux larges « cornes » bigarrées de noir, ocre et blanc, incurvées vers l’avant au-dessus des yeux pédonculés.
Les antennes les plus grandes (la seconde paire en partant de l’avant) sont épaisses à la base ; elles sont plus longues que le corps et couvertes d’épines pointant vers l’avant. La première paire d’antennes (antennules) est mince, biramée*, noire ou marron foncé, couverte d’un rang de soies longues et serrées et mesure environ les 2/3 du corps. Ces antennes sont sensorielles ; les plus grandes servent aussi à la défense de la langouste.
La couleur du céphalothorax est très variable selon les individus : vert olive, marron acajou, rouge pourpre, noir ou bleu foncé ; ses parties latérales sont couleur blanc crème d’où son nom de langouste blanche. Des taches jaunes et des points noirs sont éparpillés sur la carapace.
segment de l’abdomen est rayé de bandes de couleur ocre interrompues au milieu et les segments 2 et 6 de l’abdomen portent de grosses taches jaune crème cernées de noir. De petits ocelles* clairs plus ou moins abondants parsèment les anneaux 3, 4 et 5.
Les pattes marcheuses (péréiopodes*) sont ornées de bandes longitudinales bleues et jaunes et se terminent par des griffes aigües.
Les pattes nageuses (pléopodes*) sont orangées ou vertes et noires.
L’éventail de la queue (palette natatoire) est composé de 5 appendices aplatis (le telson* central + 4 uropodes* latéraux). Il est orné d’une bande transversale de couleur rougeâtre, le long de sa marge postérieure.
Il existe un dimorphisme sexuel : chez le mâle le thorax est plus large que celui de la femelle, il n’a pas de striations, la deuxième paire de patte est plus longue que les autres et elle porte des griffes incurvées. Enfin les orifices génitaux du mâle se trouvent sous le thorax, à la base de la 5ème paire de pattes, alors que chez la femelle, ils sont à la base de la 3ème paire de pattes marcheuses.Chez les juvéniles, les antennes et les pattes marcheuses sont annelées de blanc, et une large bande blanche parcourt le dos en son milieu..
Biotope : La langouste vit de la surface jusqu’à 90 mètres de profondeur voire plus. Cette profondeur varie en fonction de la température de l’eau, du stade de développement de la langouste et de la période de reproduction.
Au stade adulte, elle vit sous les rochers ou dans des anfractuosités et des crevasses du récif, dans des zones d’herbiers entourant le récif, zones abritées où elle peut se cacher la journée. Elle partage souvent son trou avec d’autres individus de la même espèce.
Le jour, elle se tient à l’entrée de sa cachette, les antennes en avant et ne se sauve pas lorsque le plongeur approche. Protégée par sa carapace épineuse elle peut être sûre de son bon droit devant un plongeur respectueux. Ce n’est que si elle est surprise en dehors de sa cache qu’elle peut rapidement battre en retraite « en marche arrière » grâce à des coups de queue violents.
Au stade juvénile, elle vit dans les racines de la mangrove ou dans les herbiers peu profonds des criques calmes.

Distribution: Espèce commune, vivant dans des zones où la température de l’eau dépasse 20 °C, idéalement de 26 à 28 °C. On la rencontre du Brésil aux côtes de Caroline du Nord, dans la mer des Caraïbes, les Bahamas et le golfe du Mexique ; elle a occasionnellement été signalée en Afrique de l’Ouest (Côte d’Ivoire)

Références : DORIS – FFESSM